La légende du Kelpie

Le kelpie est l’un des être les plus craints de toute l’Ecosse. Cette bête surnaturelle, connue pour hanter les lacs et les rivières, aimait aussi prendre la forme d’un paisible cheval, pour mieux attirer ses victimes, avant de les dévorer dans sa tanière.

Sous un ponton du Loch Lomond, les habitants savaient que se trouvait le territoire d’un kelpie. Parfois, on pouvait l’entendre hurler. Un son si terrifiant que chacun s’accordait à le comparer aux cris des chiens de l’enfer.

Un jour, Douglas Buchin, un fermier du village guidé par l’avidité, aperçu un cheval noir errer au bord du Loch. Suspectant la nature réelle de l’animal, il se garda bien de le chevaucher, sous peine de finir au fond de la rivière. La seule manière de le dominer était de lui passer une bride. De manière discrète, il s’approcha et avant que le faux cheval ne put réagir, il le saisit au museau et lui fixa le licol. Les dés étaient jetés. Le kelpie était prisonnier.

Si un kelpie libre pouvait faire preuve d’une force surhumaine, c’était aussi le cas en servitude. Une aubaine pour l’ambitieux fermier, qui voulait construire à la place de sa demeure, un superbe manoir, plus beau que tous ceux du comté. Harnaché pour tirer de lourdes charges, le cheval fut utilisé pour construire l’ouvrage démesuré.

Pour garder un ouvrier aussi efficace, Douglas Buchin avait donné des consignes. À aucun moment et sous aucun prétexte la bride du cheval ne devait être relâchée. Tout se passa bien pendant de nombreuses années, au point que le kelpie apparaissait à tous comme un animal familier.

Un jour, l’une des jeunes ouvrières de la ferme se rendit à l’enclos et prit la bête en amitié. Il faut que dire le cheval ne se privait pas de lui lancer des regards invitant à la pitié. Pour permettre au cheval noir de bien se restaurer, elle desserra son entrave.

Mal lui en pris. Aussitôt libéré, le kelpie poussa un rire démoniaque et prononça la malédiction suivante. Toutes les pierres qu’il avaient portées retourneraient à la terre, et rien ne pourrait jamais y être édifié.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Le manoir s’écroula et aucune trace n’en subsista, au grand désespoir de Douglas Buchin. À être un peu trop prétentieux, il n’avait réussi qu’à être malheureux.

Partager
Pourquoi vous inscrire
à la newsletter de Sir Edward's * ?

C'est simple : pour connaître toutes les actualités sur la marque et découvrir les derniers road trips !

*et de ses partenaires

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le Groupe La Martiniquaise pour l'envoi d'informations sur la marque Sir Edward's et ses partenaires. Elles sont conservées pendant 10 ans et sont destinées au groupe La Martiniquaise. Conformément à la loi « informatique et libertés » et au RGPD, vous pouvez exercer votre droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant en contactant le DPO de la Martiniquaise.
En soumettant ce formulaire j’accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la communication de Sir Edward's et ses partenaires. Pour connaître et exercer vos droits, notamment vos droits d'accès, de rectification et de suppression des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

My Scotland My Scotland, le road trip

Par où commencer un road trip écossais ? En me suivant ! Je vous emmène dans les endroits les plus surprenants, atypiques et dignes de votre intérêt !

Découvrir tous les road trips
  • La fabrique à whisky

    Entre tourbe et bruyère, la terre du whisky dévoile ses profondeurs et son étendue.

    Explorer
  • Cocktails recettes

    Pour aller au delà de l’évidence, se renouveler et surprendre.

    Explorer
  • Terroir & territoire

    Entre tourbe et bruyère, la terre du whisky dévoile ses profondeurs et son étendue.

    Explorer
Scotch whisky - Whisky écossais

Vous devez avoir l'âge légal pour la consommation d'alcool dans votre pays de résidence.

Oui Vous ne pouvez pas accéder à ce site.