Podcast : Se perdre dans Edimbourg

C’est parti ! Est-ce que vous aimez les ruelles étroites… les escaliers dérobés…..les rues pavées … les arrière-cours mystérieuses. Oui ? Alors la ville d’Edimbourg va vous plaire !

On va s’y perdre… ensemble… Moi, j’adore ça, me perdre dans une ville. Il y a un petit goût d’aventure qui me va bien.

Mon point de départ, c’est le château d’Edimbourg. Plus précisément la grande place devant ce château. Alors pour vous expliquer comment c’est organisé … il faut savoir que le château est au sommet d’un rocher volcanique. C’est un truc énorme. Du coup, j’ai une vue sur toute la ville.

Je vois la cathédrale et des tas de maisons, qui datent de plus de 300 ans ou 400 ans. C’est la vieille ville d’Edimbourg en fait. “Old Town” comme on dit. Sa particularité, c’est qu’elle est en pente.

C’est dans cette vieille ville que se trouve un nombre impressionnant de ruelles. Pour y aller, il faut aimer marcher. Mais, il faut surtout aimer les escaliers. Ça monte et ça descend dans tous les sens.

Dans Old Town, il y a plein de bâtiments datant du 16e ou du 17e siècle. Et c’est entre ces maisons que des ruelles ont été aménagées. À Edimbourg, on appelle ça des “close”, C.L.O.S.E. Ce sont des passages, larges d’1 mètre 50 en moyenne. Certains sont à ciel ouvert, mais ce n’est pas toujours le cas … Parfois ce sont juste des couloirs, qui débouchent derrière les maisons.

Ces “close” sont hyper pratiques pour circuler dans la ville. Ce sont des raccourcis. Moi, j’aime beaucoup les prendre, avec un coup de cœur pour Fisher’s Close. Faut vraiment bien regarder pour ne pas le rater.

L’entrée est de la taille d’une porte, pas plus. Une fois qu’on y est, on marche entre deux murs en pierre, et on s’enfonce entre les vieilles maisons, avant de ressortir quelque chose comme 50 mètres plus bas.

Il y a un côté intimiste dans ce passage. Juste avant, j’étais dans une grande rue, avec plein de touristes, et maintenant je suis dans une toute petite cour hyper calme. Là, j’ai l’impression de construire quelque chose de très personnel avec Edimbourg. On commence à se connaître !

Il y a plus de 70 “close” dans le coin, qui débouchent sur des squares, des escaliers, des jardins, des cours. Bref, de quoi explorer pendant des heures.

Pour être touché par une ville, je pense que ça ne suffit pas, les grandes artères. Il faut chercher à voir ce qu’il y a derrière. Et à Edimbourg, la curiosité est une qualité… toujours récompensée.

Whaa c’est beau ça !

Partager
Pourquoi vous inscrire
à la newsletter de Sir Edward's * ?

C'est simple : pour connaître toutes les actualités sur la marque et découvrir les derniers road trips !

*et de ses partenaires

Bardinet, SAS située Domaine de Fleurenne, 33290 Blanquefort Cedex France, est responsable de traitement pour les contenus, produits et services édités. Elle collecte des données afin de faciliter la gestion de votre demande et cela sur la base de votre consentement. Si vous ne fournissez pas l'ensemble des champs obligatoires mentionnés dans le formulaire, nous ne pourrons pas traiter votre message. Vos données sont transmises aux sociétés en charge de la relation client et sont conservées pendant 5 ans. Vous pouvez exercer vos droits d'accès, de rectification, de limitation, de portabilité, d'opposition, d'effacement et définir vos directives post-mortem, à l'adresse mail du délégué à la protection des données (dpo@la-martiniquaise.fr) ou à l'adresse postale COFEPP - Délégué CNIL, 18 rue l'Entrepôt, 94227 Charenton-le-Pont Cedex en justifiant de votre identité. A tout moment vous pouvez introduire une réclamation auprès de la CNIL.

  • La fabrique à whisky

    Entre tourbe et bruyère, la terre du whisky dévoile ses profondeurs et son étendue.

    Explorer
  • Cocktails recettes

    Pour aller au delà de l’évidence, se renouveler et surprendre.

    Explorer
  • Terroir & territoire

    Entre tourbe et bruyère, la terre du whisky dévoile ses profondeurs et son étendue.

    Explorer