Accès réservé aux membres
Le rugby est une véritable institution en Écosse. Sport populaire par excellence, il l’est parfois plus que le football ! La rivalité entre le 15 du chardon et celui de la rose y a nourri la passion du rugby. Voici 10 anecdotes sur l’histoire du rugby écossais. Le rugby est arrivé en Écosse à Édimbourg en 1854-56, par le biais d’élèves venus d’écoles
privées anglaises. À l’époque, on parlait de « Rugby football ». Le premier match international de rugby a eu lieu en 1871, entre l’Écosse et l’Angleterre. Les Écossais ont gagné 1-0 en transformant un essai. Avec le mode de calcul actuel, ils l’auraient emporté 12 – 5. En 1877, le rugby écossais et international est passé de 20 joueurs à 15 par équipe. À 15, le jeu était nettement plus dynamique. La France et L’Écosse se sont rencontrés pour la première fois en 1910. C’est l’année de la création du Tournoi des Cinq Nations. L’antre du rugby écossais, Murrayfield, a ouvert ses portes à Édimbourg en 1925. En 1975, 104 000 spectateurs ont assisté au match Écosse / Pays de Galles. Ce record du monde pour un match de rugby a tenu jusqu’en 1999. Depuis 1879, l’Écosse et l’Angleterre se disputent chaque année la Calcutta Cup. Le match de 1938 a été la première rencontre internationale de rugby retransmise à la télé. En 1990, l’hymne officieux écossais, Flower of Scotland, est joué pour la première fois à Murrayfield à la place du God Save The Queen. Un porte-bonheur car l’Ecosse remporte le grand chelem face à l’Angleterre. Quand Flower of Scotland est joué à Murrayfield et que l’adversaire est Anglais, des supporters hurlent « bastard » quand le nom du roi anglais est cité dans le refrain. Une version plus édulcorée propose de crier « England ». Le commentateur de la BBC, Bill McLaren était LA voix du rugby. Parmi ses phrases cultes : « il a botté le ballon comme s’il tapait dans 2 kg de haggis ». L’Écosse est le dernier pays à avoir remporté le tournoi des Cinq Nations en 1999. En 2000, le tournoi passe à six avec l’intégration de l’Italie.


Inscrivez-vous ou connectez-vous pour lire la suite